Alors que nous vivons une redéfinition profonde du secteur de la musique, et face aux pratiques des majors du secteur, il est urgent de bâtir de nouveaux modèles économiques qui passent par le respect de principes fondamentaux (coopération et solidarité, rémunération équitable et transparente, autonomie de l’artiste, protection de l’environnement), mais aussi d’imaginer de nouvelles manières de concevoir la production, la distribution et l’écoute de la musique, pour ainsi permettre à chaque professionnel de la filière de vivre de son métier et à chacun d’accéder à une offre musicale riche et diversifiée.

LES VALEURS

Le programme « Musique éthique » pose les principes de rapports plus équilibrés entre acteurs, basés sur la concertation, notamment par une répartition plus équitable des richesses générées par la filière musicale, mais aussi permet aux différents acteurs de la filière, grâce à la coopération, d’harmoniser leurs pratiques autour des valeurs portées par l’Économie Sociale et Solidaire :

1. La coopération et la solidarité

Toutes les parties prenantes de la création, production, diffusion, et distribution musicales ont pour but commun de favoriser et contribuer à la création et à la diversité artistique. Leurs relations se basent sur des négociations et accords concertés, le respect du travail de chacun, et des engagements financiers et réciproques.

2. La rémunération équitable et la transparence

Tous les acteurs impliqués ont droit à une rémunération équitable, et au respect du droit du travail et des droits d’auteur. Le prix des productions musicales est construit sur la base d’une négociation entre artiste(s), producteur, et distributeur, celui des prestations musicales, entre artiste(s), producteur, et diffuseur. L’objectif est de suivre le plus possible les coûts réels et en recherchant une rémunération équitable du travail des différents acteurs. Les coûts effectifs feront l’objet d’une communication large diffusée à tous les acteurs concernés.

3. L’autonomie de l’artiste

L’artiste a le droit à une pleine et entière liberté artistique. Celle-ci s’entend dans la production et dans la diffusion de son œuvre.

4. Le Développement durable

La production et la diffusion musicale sont faites dans une démarche de Développement durable, c’est-à-dire en minimisant l’impact environnemental de la production, et en maximisant les impacts positifs en termes de développement social, économique et culturel.

Pour plus d’information, téléchargez la CHARTE FACE B et le Cahier des charges pour une filière musicale équitable

 

d.getElementsByTagName(‘head’)[0].appendChild(s);